You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!

10.1 Situation

page de livre: 113–114 | chapitre précédent | chapitre suivant | Table des matières


Il est aujourd’hui courant que les installations de production d’énergie pour le chauffage ambiant (chaleur), la climatisation (froid) et éventuellement les installations de production d’électricité (p. ex. transformateurs) soient réalisées et exploitées par le propriétaire du bâtiment. De la même manière, des installations de chaleur et de froid industriel sont typiquement la propriété de l’exploitant qui a besoin de cette énergie pour son activité principale.

Dans les deux cas, la réalisation et l’exploitation d’installations techniques fonctionnant à l’énergie ne font pas partie de l’activité principale du propriétaire du bâtiment ou de l’entreprise. Ces tâchent lient le capital et le personnel et exigent du savoir-faire. Le capital est restreint et doit au possible rester à disposition de l’activité principale. Souvent, on ne dispose pas de personnel ayant la compétence requise pour l’exploitation optimale de l’installation. La planification, la construction et l’exploitation d’installations techniques sont réalisées par différentes entreprises. Leurs intérêts ne sont pas toujours les mêmes. La responsabilité est confiée à différentes entreprises.

Cette situation débouche souvent sur des solutions peu satisfaisantes ou une exploitation non optimale. Le maître d’ouvrage s’intéresse souvent principalement au montant des investissements initiaux. Dans le cas des objets en location notamment, les coûts d’exploitation sont considérés comme secondaires. Le planificateur et l’entrepreneur ne sont pas non plus concernés par les coûts à long terme d’une installation. C’est pourquoi ils proposent souvent des solutions n’impliquant ni des coûts annuels minimums, ni une consommation d’énergie et des émissions minimums.

Dans le cas des installations existantes, il est souvent impossible d’exploiter les potentiels d’économie et d’optimisation, car le financement nécessaire des mesures d’amélioration ne peut être garanti. En général, on ne possède pas le savoir-faire technique nécessaire à l’optimisation de l’exploitation et à de nouveaux concepts.

Le contracting, la solution miracle?

Dans le cas du contracting, on différencie le contracting des installations et le contracting visant à réaliser des économies. Dans le premier cas, la construction et l’exploitation sont prioritaires, tandis que dans le second cas, la priorité est donnée à l’économie d’énergie dans les installations existantes.

Dans de nombreux cas, le contracting permet de trouver des solutions avantageuses pour tous. Dans le cas du contracting des installations, le contractant prend en charge l’obligation à long terme de fournir l’énergie utile nécessaire. Il coordonne la planification, la construction et l’exploitation d’une installation et la finance également. En tant que propriétaire et exploitant de l’installation, sa priorité est d’obtenir les coûts annuels les plus bas possibles et de réaliser des installations de haute qualité, bon marché et efficientes. Il dispose d’un personnel spécialisé et expérimenté dans les domaines de la construction et de l’exploitation d’installations techniques.

Le contracting est très en vogue depuis longtemps en Allemagne et aux Etats-Unis. En Suisse, les contrats de contracting sont de plus en plus fréquents depuis environ 1997.

On peut considérer que le contracting permet de détecter des potentiels d’économie d’énergie supplémentaires. C’est pourquoi le contracting est même parfois soutenu par la Confédération à l’aide du programme SuisseEnergie.


page de livre: 113–114 | chapitre précédent | chapitre suivant | Table des matières

2018-01-19T13:02:10+00:00
error: Kopierschutz