You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!

11.4 Calcul des coûts

page de livre: 127–128 | chapitre précédent | chapitre suivant | Table des matières


11.4.1 Méthode des annuités

Le calcul de la rentabilité s’effectue de façon simplifiée selon la méthode des annuités. Celle-ci est pertinente pour les petits projets. Elle se base sur des valeurs constantes au fil des années pour les taux d’intérêt, les coûts et les rendements ou économies. Si cette méthode n’est pas applicable, c’est la méthode DCF qui doit être utilisée (Discounted Cashflow).

La période considérée est toujours égale à un an, c’est-à-dire que l’on calcule ou compare toujours les coûts ou rendements annuels. Les coûts annuels sont considérés comme constants sur toute la période considérée.

Les coûts annuels moyens K d’un investissement I avec les coûts d’exploitation annuels A et les coûts annuels de l’énergie E sont les suivants:

K = a · I + A + E

K Coûts annuels moyens (CHF)

a Facteur d’annuité (–), amortissement et taux d’intérêt, un montant annuel constant sur la ­durée d’utilisation de l’investissement (valeurs dans l’annexe 12.1, Tabl. 9)

I Investissement (CHF), moyens financiers pour l’acquisition (plus éventuellement escompte de l’arrêt)

A Coûts d’exploitation annuels (CHF), coûts pour l’exploitation ou la commande et l’entretien/la maintenance

E Coûts de l’énergie (CHF), calculés selon la formule suivante ou connus d’après des publications ou des calculs de tiers etc.

E = tb · Pm · eb

E Coûts de l’énergie annuels (CHF)

tb Durée d’exploitation moyenne par an (h)

Pm Puissance moyenne (kW)

eb Prix de l’énergie (CHF/kWh)

Les coûts d’exploitation annuels A et les prix de l’énergie e ou les coûts de l’énergie e resp. die Energiekosten E wsont multipliés par les facteurs de valeur moyenne adéquats, dans l’hypothèse d’un renchérissement (voir l’annexe 12.1, Tabl. 10).

Dans le calcul comprenant les coûts externes, les prix de l’énergie e sont augmentés des coûts externes (valeurs figurant dans l’annexe 12.1, Tabl. 11).

Calcul du facteur d’annuité a:

a = i / (1 – (i + 1)-n)

i Taux d’intérêt du capital ou rémunérations du capital (–)

n Durée d’utilisation (–)

Facteurs d’escompte

Un montant financier dépensé ou pris en compte dans le futur doit, au moment considéré, être ­escompté du facteur d’actualisation v suivant:

v = 1 / (1 + i)n

v Facteur d’actualisation (–)

i Taux d’intérêt du capital (capital étranger et le cas échéant capital propre) (–)

n Nombre d’années jusqu’à aujourd’hui (–)

Les valeurs du facteur d’escompte figurent dans l’annexe 12.1, Tab. 12.

11.4.2 Méthode DCF

A l’inverse de la méthode des annuités, dans la méthode DCF (méthode du Discounted-Cashflow), on ne calcule pas les coûts par an, mais la valeur des coûts sur toute la durée de vie. A cet effet, les coûts des différentes années, comme décrit en annexe, sont escomptés (actualisés), d’où le nom de Discounted Cashflow. Cette méthode correspond à une méthode des valeurs du capital.

Les coûts totaux K se calculent désormais comme suit:

K Valeur des coûts totaux (CHF) sur toute la durée de vie T (–) de l’installation au moment de l’installation

I Investissement (CHF), moyens financiers pour l’acquisition (plus éventuellement escompte des arrêts)

CFn Cashflow dans l’année n (CHF), coûts pour l’exploitation ou la commande et l’entretien/la maintenance en prenant en compte les déductions fiscales et renchérissements

i Taux d’intérêt du capital (–), correspond généralement au taux hypothécaire usuel

La difficulté consiste alors à estimer les Cashflows CFn de chaque année. En principe, on prend en compte le renchérissement pour tous les coûts et rendements. Ensuite, le Cashflow CFn des Jahres n de l’année n se calcule de la manière suivante:

CFn Cashflow dans l’année n (CHF), différence entre les rendements et les dépenses dans l’année n

KA Coûts «Type A» (CHF), un type de coûts ou de dépenses, par exemple coûts pour l’exploitation et l’entretien/la maintenance en prenant en compte le renchérissement, ou les dépenses pour un investissement en prenant en compte les déductions fiscales, dans l’année n

EB Rendement «Type B» (CHF), un type de rendement, par exemple rendement de la vente d’énergie, dans l’année n

tA Renchérissement «Type A» (–), renchérissement du service/marchandise de type A

tB Renchérissement «Type B» (–), renchérissement du rendement de type B

Certains coûts (notamment les investissements) peuvent être déduits des impôts. Pour prendre cela en compte dans le calcul, les coûts concernés sont multipliés par le taux d’imposition et soustraits du Cashflow CFn+1 de l’année suivante.

KA → KA · sn

KA Coûts «Type A» (CHF), un type de coûts, p. ex. coûts d’exploitation

sn Taux d’imposition (–), taux d’imposition de l’année n

Pour le taux d’imposition, il convient de déterminer la valeur d’imposition maximale économisée grâce à la capacité de soustraction des coûts. Cela s’effectue au plus simple à l’aide d’un calculateur d’impôt sur Internet.

A l’inverse, des impôts sur le revenu doivent être payés si, au cours d’une année, les rendements sont supérieurs aux coûts, c’est-à-dire que le Cashflow devient positif. Cette imposition est généralement appliquée l’année suivante pour le Cashflow et doit être prise en compte.


page de livre: 127–128 | chapitre précédent | chapitre suivant | Table des matières

2018-03-27T11:46:59+00:00
error: Kopierschutz